Oh j’ai une tache noire au fond du ventre

Benedito

drame sans parole

De Stephan Pastor
Créé au Théâtre en Dracénie à Draguignan en 2000. Pour la maison-théâtre. Tout public. 1h10

0.Bénédito © Dessin Bénédicte Blanc
Benedito
Benedito
Bénédito
Benedito
Benedito
Benedito
Benedito
Bénédito

Isolé dans un mystérieux théâtre, Bénédito est homme à tout faire. ll est seul, mais la menace d’une autorité est omniprésente. Sous la direction de coups de sifflets, Bénédito balaie, nettoie, mange... Mais que veut-on de lui vraiment ? Poussé dans ses derniers retranchements Bénédito affronte ses frustrations et les transforme. ll décale la réalité et c’est un monde onirique qui s’ouvre. De quelques feuilles de sopalin, il fabrique des visages qui chantent. D’une pomme et d’un morceau de pain, il crée un bonhomme volant. Son attachement fétichiste pour sa cymbale l’incite à développer des stratégies clownesques pour obtenir le droit d’en jouer. Mais le sifflet guette... Le public, proche, devient son intime complice et le témoin de sa traversée.

Depuis un temps assez lointain je suis « accompagné » d’une créature qui apparaît à différentes occasions. Un autre moi autiste et libre. Quand je connecte cette « entité », il me semble que les portes s’ouvrent... Il s’appelle Bénédito, clown/benêt muet, mais non sans voix. Il me permet d’explorer une forme différente de communication avec l’extérieur.

Bénédito est né dans un monde coloré et fantasque où les masques faisaient voltiger les mots, les pantomimes et les fleurets : la commedia dell’arte. Il était l’aide musicien de celui qui ponctuait en percussions les spectacles de tréteaux de la Compagnie Carboni et Spirituosi. Sa fonction ; taper sur sa cymbale les coups de théâtre. Ses confrères(soeurs) Pantalone, Zanni, Capitano, Polichinelle, Servantes et Amoureux l’affectionnaient tendrement. Son tuteur le Musicista gardait en permanence un oeil sur lui, car Bénédito est capable de tout. Pendant des années il est apparu dans les canevas de commedia dell’arte, les parades, les festivals, les fêtes de quartiers, mais aussi totalement à l’improviste chez les gens, dans la rue, dans les fêtes, les mouvement sociaux, les musées...

Rencontrer Bénédito est toujours une expérience. La moindre action prend un autre rythme et une ampleur. Il donne l’ occasion de se sentir immédiatement impliqué dans une profonde relation car sa présence est implacable.

Avec lui j’explore la question si vaste et complexe de la place de l’artiste dans sa communauté. Sa présence au monde est un questionnement car il stimule un trouble à la frontière entre l’art et la vie.

Puis, après des années d’apparitions in situ, la forme dramaturgique d’un spectacle théâtral s’écrit.

Bénédito veut rentrer dans un théâtre et permettre au public de voir dans sa tête. ll ne parle pas mais veut communiquer au monde sa joie et son mal de vivre.
ll veut pointer le benêt qui sommeille tendrement au fond de chacun de nous

C’est un spectacle sur l’enfermement. Les prisons ne sont peut-être pas celles que l’on croit. Bénédito nous dit que la clé est peut-être déjà dans la poche.

Les espaces comme écriture et la place du spectateur

Dans Bénédito drame sans parole, la maison-théâtre écrit la situation. Bénédito est enfermé. Il tient le lieu ; Il balaie, nettoie, mange, dort. Quand il veut s’échapper, les coulisses le ramènent toujours au-devant. La magie de l’objet théâtre est implacable. Les spectateurs sont témoins, le rapport est ouvert, ils sont libres d’empathie. Bénédito doit comprendre par lui-même que le théâtre n’est pas sa prison, mais un lieu d’apparition. Il connaîtra la liberté de devenir un poème inscrit dans les murs.


Distribution
Création de et avec Stephan Pastor.
Régie plateau Didier Dabrowski
Regard avisé Léo Neiva
Créateur lumière et régie générale Franck Bourgeois
Création sonore Claude-Marie Polo et la chorale Cacahuète

Chargée de production : Sophie Teyssonnier
Administrateur : Denis Fayollat

Remerciements à Pom Bouvier

partenaires
Une production Compagnie Pirenopolis

Dates effectuées
Création au forum de la marionnette à Draguignan (Théâtre en Dracénie). Représenté à l’espace culturel la Busserine et au Théâtre de la Minoterie à Marseille. Au festival d’ Avignon off, à la Fabrik Théâtre, à Manosque au Théâtre Jean-le-Bleu avec "le bruit qui court", à L’Orphéon Théâtre à Cuers, à Faïence, au Théâtre Fontblanche à Vitrolles, en ouverture de saison au Théâtre de la Tête Noire à Saran, au DakiLing à Marseille .


Les apparitions de Bénédito in situ

Bénédito, homme à tout faire, est absolument capable d’enrichir un temps de rencontre publique. Il suffit de lui donner un ou plusieurs rôles : ouvreur, serveur, balayeur, guide, Monsieur pipi, vigile, baby-sitter… par contre inutile de l’engager comme promeneur, les chiens aboient après lui ! (nous n’avons jamais compris pourquoi).
Il s’intègre entièrement à votre organisation ; pour un événement culturel, une opération one cut, un cocktail, une ouverture de saison, une réunion familiale, une soirée estivale, mais il vous faudra lui donner de l’attention, car il ne vibre qu’en interaction avec les autres.

Des missions pour Bénédito :

Homme à tout faire aux rencontres de la Haute Romanche proposées par L’Art de Vivre.

Commissaire de l’exposition navale au Mucem dans le cadre d’un parcours in situ orchestré par le Begat Theater : « Traversées et dérèglements ».

Acteur de cinema dans "Il était mon amour" de Marie-Céline Ollier. Il est Mudinho.

Bénédito in situ Bénédito commissaire de l'exposition navale au Mucem Bénédito commissaire de l'exposition navale au Mucem Les médiateurs et bénédito
Il était mon amour - Extrait du court-métrage de Marie-Céline Ollier
Avec Catherine Herold et Stephan Pastor © 2005 © Marie-Céline Ollier